الجمعة، 24 ديسمبر، 2010

مراجع اجنبية عن الفسيفساء في ليبيا


Généralités

18/1727 DI VITA Antonino, DI VITA-EVRARD Ginette, BACHIELLI Lidiano, La Libye antique. Cités perdues de l'Empire romain, Paris, Mengès, 1998, 256 p., ill. coul.

Histoire et archéologie de la Tripolitaine et de la Cyrénaïque romaines illustrées de nombreuses photographies des monuments publics des principales villes. Reproduction de mosaïques de Zliten (Dar Buc Ammera), de la maison d'Orphée et de la villa sur le Nil à Leptis Magna, de la basilique justinienne de Sabratha et de la maison de Jason Magnus à Cyrène. (HM)

CR : MdB, 118, 1999, p. 67, Farah MEBARKI.

18/1728 WILLEITNER J., DOLLHOPF H., Libyen. Von den Felsbildern des fezzan zu den antiken Städten am Mittelmeer, Munich, Hirmer Verlag, 1998, 248 p., ill. coul. et plans.

Ptolemais : détail des mosaïques avec bustes de Saison, tête de Méduse et poisson (p. 175). Villa de Séléné, près de Leptis Magna : détail de la mosaïque avec des animaux dans un rinceau (p. 218). (MD)

Benghazi (Berenice)

18/1729 MICHAELIDES Demetrios, Excavations at Sidi Khrebish, Benghazi (Berenice). IV. 1, The Mosaics and Marble Floors, Tripoli, 1998, 212 p., 110 fig. n.b., 16 pl. coul., résumé arabe, (Supplements to LibAnt, 5).

Etude détaillée et bien illustrée des trente-deux pavements de mosaïque, d'un opus sectile et d'un emblema découverts à Berenice au début des années 1970. La datation des mosaïques va de la fin du Ier s. à la première moitié du IIIe s. Les décors sont principalement géométriques, traités en noir et blanc ; quelques panneaux figurés, à l'iconographie inhabituelle, sont polychromes et un emblema représente une scène marine. (AB)

CR : REA, 101/3-4, 1999, p. 601-603, Isabelle MORAND.

Euesperides

18/1730 LLOYD J.A. et alii, «Excavations at Euesperides (Benghazi): an Interim Report on the 1998 Season», LibStud, 29, 1998, p. 145-168, part. p. 150-157, fig. 5-9.

Les fouilles ont mis au jour une mosaïque de galets (principalement noir, bleu-gris et blanc) et une autre en éclats, dans deux salles adjacentes. La mosaïque d’éclats est formée d’un champ blanc bordé de postes. Les deux pavements sont provisoirement datés avant 250 av. J.-C. (RL)

18/1731 WILSON A. et alii, «Urbanism and Economy at Euesperides (Benghazi): Preliminary Report on the 1999 Season», LibStud, 30, 1999, p. 147-168, part. p. 157-158, fig. 8-9. Les fouilles au sud des deux salles découvertes en 1998 (voir notice précédente) ont mis au jour une autre mosaïque d’éclats bleue et blanche, avec une bordure de galets blancs, ainsi qu’un pavement de galets blancs dans une salle ou couloir. De plus, des fragments épars de mosaïque ont été découverts dans des tombes qui avaient été creusées dans le bâtiment. (RL)

Cyrène

17/1847 WANIS S., “The Theseus and the Minotaur at Cyrene”, in : Studi in memoria di Sandro Stucchi, (1996), p. 277-280, 4 ill. n.b., voir n°43.

Maison romaine de Cyrène édifiée au IIe s. par Jason le Grand (Giasone Magno) : mosaïque avec des épisodes de la légende du Minotaure, emblema avec les deux protagonistes dans le labyrinthe, dessiné par une tresse continue ; sur le côté, panneau avec Ariane devant la porte d'un édifice avec une inscription. (MGC)

8/1732 LUNI Mario, CELLINI Giuseppina A., «L'abside della basilica nel foro di Cirene ed i due gruppi di sculture», in : Cités, ports et campagnes…, Karthago, 24, 1999, p. 27-46, 37 fig. n.b., voir n°55. Dans l'abside, mosaïque polychrome avec inscription, datée à la fin du IIe s.-début du IIIe s. Les A. soulignent la relation entre la mosaïque et les sculptures du bâtiment : Némésis, Tyché et Thémis. (MO)

Leptis Magna

18/1733 ASMIA Musba Ali, AL-HADDAD Muftah Ahmed, «Archaeological News 1996. Department of Antiquities, Leptis Magna. Tarhuna, Wadi Guman Area: Recent Finds», LibAnt, 3, 1997, p. 218-220, pl. 98.

Villa romaine avec bains, située près du wadi Guman : mosaïque géométrique polychrome avec rinceau en bordure, datée au IIe s. (pl. 98a : mauvaise photo). (HM)

18/1734 BEN RABHA Khayri Absalam, MASTURZO Nicolo, «Archaeological News 1996. Department of Antiquities, Leptis Magna. Wadi al-Fani (Khoms) : Villa, Mausoleum and Gasr», LibAnt, 3, 1997, p. 214-216, 1 fig.

Etablissement rural à proximité du wadi al-Fani : dans la villa et les bains, tesselles et galets attestent la présence de mosaïques ; opus signinum revêtant les bassins de la partie artisanale et des bains. Datation des bâtiments : Ier-IIe s. jusqu'aux IIIe-IVe s. (HM)

18/1735 LARONDE André, «Archaeological Missions in Libya. Mission archéologique française en Libye. Rapport sur la campagne de fouilles d'août 1996 à Leptis Magna», LibAnt, 3, 1997, p. 251-257, pl.

Thermes du Levant, salle centrale : vestiges des calages des dalles de l'opus sectile et d'un probable panneau de mosaïque (pl. 128b, 129c) ; restes de revêtements de marbre muraux et peintures murales (pl. 129a-b). (HM)

18/1736 MUSSO Luisa et alii, «Il suburbio occidentale di Leptis Magna (Uadi er-Rsaf) : scavo e ricognizione topografica», LibAnt, 2, 1996 (1997), p. 152-168, fig. 3-5 et pl. 68.

Maison suburbaine contenant deux triclinia (salles 4 et 6) qui conservent des traces de mosaïque (bordure géométrique en opus tessellatum entourant un dallage récupéré dans l'Antiquité ; les dalles auraient supporté un opus vermiculatum) datée par une monnaie de Marc Aurèle. Peintures murales. (HM)

18/1737 VOLLKOMMER Rainer, «Considérations sur une mosaïque de Lepcis Magna», in : CMGR VII-1, Tunis 1994, (1999), p. 295-298, pl. 139, voir n°67.

Analyse iconographique d’une mosaïque représentant Orphée, des scènes de pêche et de la vie rurale, conservée au musée de Tripoli. La datation n'a jamais été établie. Tentative de datation stylistique. Discussion par J.-P. Darmon, L. Foucher. (MO)

Sabratha

18/1738 BONACASA Nicola, «Archaeological Missions in Libya. The Mission of the Archaeological Institute of the University of Palermo at Sabratha and Leptis Magna, 1996», LibAnt, 3, 1997, p. 244-245, pl. 122.

Peristyle House située au sud des bains du théâtre : restauration des mosaïques (bouclier de triangles, composition de quadrilobes de peltes et cercles, pl. 122) ; peintures murales. (HM)

18/1739 BONANNI A., «Sabratha», in : Enciclopedia dell’Arte medioevale 10, (1999), p. 217-218, voir n°139.

Notice sur les pavements de mosaïque des édifices chrétiens datés entre le IVe et le VIe s. En illustration, mosaïque de la basilique 2 (décor végétal peuplé) attribué à l’époque de Justinien. (SM)

18/1740 DI VITA Antonino, «Archaeological Missions in Libya. Missione archeologica a Leptis Magna e Sabratha della scuola archeologica italiana di Atene et dell'università di Urbino, 1996», LibAnt, 3, 1997, p. 247-249.

Basilique justinienne : photographie systématique des mosaïques en vue de la publication du bâtiment et de son décor. (HM)

Tocra

18/1741 BENTAHER F., DOBIAS-LALOU C., «Étude préliminaire d’un bâtiment au sud de l’église orientale à Tocra», LibStud, 30, 1999, p. 17-28.

Un bâtiment fouillé à Tocra en 1972 comprend une grande salle absidée avec deux niveaux superposés de mosaïque : la mosaïque supérieure représente des personnifications de Ktisis, Kosmesis et Ananeosis ; celle du niveau inférieur est ornée de panneaux contenant des oiseaux, animaux et paniers de fruits. Cette dernière mosaïque porte une inscription grecque avec un message chrétien de bienvenue, ce qui indique que ce bâtiment était le siège d’activités religieuses, sans être forcément une église. (RL)